Examen oral d'évaluation : En quoi consiste le programme d’examen ?

L’examen consiste en un entretien avec deux groupes d’audition constitués au sein de la Commission de nomination et de désignation compétente.

Chaque groupe d’audition est chargé d’évaluer un domaine spécifique :

  1. Le premier groupe est chargé d’évaluer les connaissances juridiques du candidat ainsi que ses capacités d’analyse et de raisonnement ;
  2. Un second groupe est chargé d’évaluer la motivation du candidat, sa connaissance du statut et de la déontologie du magistrat, la perception qu’il a de sa carrière professionnelle future ainsi que ses aptitudes à exercer la fonction de magistrat (notamment : intégrité, esprit de décision et de synthèse, collégialité et esprit d’équipe, empathie et sociabilité, maîtrise de soi, ouverture d’esprit, engagement, qualité d’expression, faculté d’adaptation, sens de l’organisation,…).

Préalablement à l’examen, le candidat pourra être soumis à des tests psychologiques.

Ces tests, qui seront confiés à des experts externes, comprendront un test cognitif-analytique et/ou un test de personnalité.

Les résultats des tests seront validés dans le cadre d’un entretien avec le candidat. Ils feront ensuite l’objet d’un rapport qui servira de source complémentaire d’information pour les groupes d’audition.

S’agissant de l’entretien visé au point 1, le candidat a le choix entre quatre matières :

  • droit civil, y compris le droit judiciaire ;
  • droit économique et droit commercial, y compris le droit judiciaire ;
  • droit pénal, y compris la procédure pénale ;
  • droit social, y compris le droit judiciaire.

Lors de l’entretien, le candidat peut se munir de ses codes.

Pour procéder à l’évaluation des différents candidats, les membres de la Commission de nomination et de désignation disposent également, pour chaque candidat, d’un avis du représentant du barreau auquel le candidat est (était) inscrit. Pour les candidats qui exercent déjà la fonction de juge suppléant ou de conseiller suppléant, l’avis du chef de corps concerné est également demandé.

Les lauréats sont dispensés de l’examen d’aptitude professionnelle pendant trois ans à compter de la date de délivrance du certificat d’évaluation.